Lauréates 2021 du prix Irène Joliot-Curie : Julie Grollier, Vittoria Colizza, Odile Launay, Cécile Charrier et Odile Hembise Fanton d’Andon

Le prix Irène Joliot-Curie 2021 est décerné à :

    Julie Grollier
  • Julie Grollier pour la catégorie Femme scientifique de l’année
    Julie Grollier est directrice de recherche au CNRS dans l’unité mixte de Physique CNRS/Thalès à l’université Paris-Saclay.
    Julie Grollier est une physicienne qui explore les mécanismes fondamentaux à l’oeuvre en matière condensée pour en tirer de nouvelles applications. Elle est une pionnière et un des principaux leaders, sur le plan mondial, du développement du calcul neuromorphique. Ses travaux s’intègrent dans l’avancée des technologies d'intelligence artificielle (IA) en y amenant l’invention de composants et circuits électroniques inspirés du fonctionnement du cerveau, le domaine de l’ordinateur neuromorphique. Ses recherches, qui exploitent souvent ses découvertes antérieures en électronique de spin (spintronique), sont à l'interface entre physique fondamentale, électronique et IA. Elles ont ainsi amené des puces miniatures à faible consommation d'énergie qui apprennent d'elles-mêmes à effectuer des tâches cognitives complexes, comme la reconnaissance d'images et de la parole.


  • Vittoria Colizza
  • Vittoria Colizza pour la catégorie Prix spécial de l’engagement
    Vittoria Colizza est directrice de recherche à l’Inserm.
    Vittoria Colliza a réalisé des contributions importantes en épidémiologie, en particulier sur les épidémie H1N1, MERS-CoV, Ebola et Chikungunya. Lors de l’épidémie COVID-19,elle s’est engagée avec une très grande conviction. Ses recherches l’on conduit très rapidement à alerter les autorités sur le risque très grand d’un développement européen de l’épidémie. Lors de la deuxième phase, son travail a porté sur les vagues successives de la pandémie afin de produire des scénarios et des analyses épidémiologiques pour évaluer les changements de politique. En 2021, elle a collaboré avec l'Institut Pasteur sur l'optimisation du déploiement de la vaccination et sur l'utilisation de la vaccination préventive pour ralentir les flambées épidémiques dues aux variants émergeants ou importés.


  • Odile Launay
  • Odile Launay pour la catégorie Prix spécial de l’engagement
    Odile Launay est directrice de recherche du Centre d'Investigation Clinique (CIC) Cochin Pasteur (unité de recherche rattachée à l'École doctorale Pierre Louis de santé publique).
    Odile Launay s’est engagée dans la coordination nationale de la recherche vaccinale sur la COVID-19 afin d’améliorer les connaissances sur l’efficacité des vaccins et favoriser la confiance dans ceux-ci. Elle s’est aussi engagée très fortement dans la formation à l’intention des professionnels de santé en demande d’informations sur les nouveaux vaccins et aussi dans la communication à destination du grand public. Elle a participé à plusieurs démarches importantes notamment une étude appelée Covi compare– qui examine la réponse immunitaire des sujets les plus âgés- et une autre qui examine la réponse des populations immuno-déprimées (COV -popart). Ces projets sont de toute première importance dans la définition de la politique vaccinale.


  • Cécile Charrier
  • Cécile Charrier pour la catégorie Jeune femme scientifique
    Cécile Charrier est chargée de recherche (CRCN) à l’Inserm depuis 2014 à l’Institut de biologie de l’ENS, et dirige sa propre équipe depuis 2020.
    Le thème global de la recherche de Cécile Charrier est de comprendre les mécanismes fondamentaux du développement et de la plasticité des synapses et d’identifier des régulations qui n’existent que chez l’homme. En parallèle, ses travaux ont aussi porté sur des développements technologiques comme la mise au point d’une technique de microscopie optique et électronique tri-dimensionnelle qui permet la caractérisation ultrastructurale et quantitative de sous-types de synapses. Cécile Charrier s’engage activement en faveur des femmes dans la recherche, en particulier pour les périodes difficiles des grossesses et des enfants en bas âge (aménagement des horaires, salles d’allaitement..) et participe au réseau européen AcademiaNet dont le but est de promouvoir les femmes scientifiques et leur représentativité dans le monde académique et les instances décisionnaires.


  • Odile Hembise Fanton d’Andon
  • Odile Hembise Fanton d’Andon pour la catégorie Femme, recherche et entreprise
    Odile Hembise Fanton d’Andon est directrice générale et cofondatrice d’ACRI depuis 1989 et présidente cofondatrice et directrice générale de la société ACRI-ST, société d’exploitation d’ACRI depuis 2000.
    Ses travaux ont porté sur les méthodes d’inversion et produits dérivés d’observation par satellite, sur la chimie de l’atmosphère et la climatologie. En 1989, elle a co-fondé la société ACRI dans l’objectif d’une meilleure compréhension de l’environnement en rassemblant des expertises dans les domaines des mathématiques, de la physique et de la dynamique des fluides. Cette société dont elle est directrice générale connait une croissance annuelle de 20% depuis 5 ans. Sa société est spécialisée en télédétection spatiale, transformant les données transmises par les satellites en informations et connaissances grâce aux outils de traitement et d’interprétation développés par la société qui est devenue un acteur clé dans les programmes d’observation satellitaire en Europe. Odile Hembise Fanton d’Anton s’est aussi engagée dans la promotion des femmes scientifiques en entreprise.


L'Académie leur a rendu hommage à l'occasion de la cérémonie de remise des prix sous la Coupole de l'Institut de France, le 23 novembre 2021.