Plasticité, rupture et nanomatériaux : interactions entre physique et mécanique

Mécanique

Conférence-débat de l'Académie des sciences, le 25 février 2020, à partir de 14h30 dans la Grande salle des séances de l’Institut de France - Inscription obligatoire avant le 25 février 2020

Organisateurs
Jean-Baptiste Leblond, mécanicien des solides, Sorbonne Université, Académie des sciences
Yves Bréchet, physicien des matériaux, université de Grenoble, Académie des sciences

Intervenants
Étienne Barthel, physicien des matériaux, Laboratoire science et ingénierie de la matière molle - physico-chimie des polymères et milieux dispersés, ESPCI Paris
Samuel Forest, mécanicien des solides, Centre des matériaux, MINES ParisTech
Thomas Pardoen, mécanicien et physicien des matériaux, Institut de Mécanique des Matériaux et du Génie Civil, Université Catholique de Louvain
Laurent Ponson, mécanicien des solides, Institut Jean Le Rond d’Alembert, Sorbonne Université

Présentation
La mécanique et la physique des solides déformables ont longtemps suivi des chemins quasi-parallèles, ne se rencontrant que rarement. Depuis une vingtaine d’années la situation a changé, au grand bénéfice des deux disciplines. Des collaborations très fructueuses ont été établies, et les échanges de points de vue qui en ont résulté ont changé la donne dans certains domaines. On peut ainsi citer entre autres la mécanique de la rupture (étude de la propagation des fissures) et la science des matériaux. Dans le premier domaine, longtemps l’apanage exclusif de la mécanique, les raisonnements et les méthodes des physiciens ont profondément renouvelé l’approche de certaines questions comme celles de la ténacité effective de milieux hétérogènes ou de la rugosité des surfaces de rupture ; le rôle des mécaniciens étant d’apporter la puissance et la rigueur des méthodes mathématiques mises au point au fil des années pour traiter les problèmes d’élasticité impliqués. Dans le second domaine, on peut citer entre autres le développement par les mécaniciens de "modèles du second gradient" (faisant intervenir le gradient des déformations locales) permettant de décrire de manière quantitative des effets connus des physiciens des matériaux, comme l’écrouissage à différentes échelles, ou le développement par les physiciens de simulations atomistiques ou à l’échelle des dislocations, permettant de prédire des effets familiers aux mécaniciens des milieux continus, comme l’écoulement plastique.
Les conférenciers sollicités sont des spécialistes reconnus de ces questions. Le but de la conférence-débat est de susciter des échanges fructueux entre disciplines et membres de différentes Sections de l’Académie.


Voir le programme et les résumés

Assistez à la diffusion en direct sur ce site !

Imprimer