Site Internet de l'Académie des sciences

Abonnez-vous

Des séances publiques et des conférences de l'Académie des sciences sont filmées et retransmises.

English en

France fr

Vidéos de la séance publique de l'Académie des sciences "Mort subite d'origine cardiaque : Traitement et préventions
Espoir ou chimère ?"

Réalisation en partenariat avec la cellule Webcast CC-IN2P3 du CNRS

"Mort subite d'origine cardiaque : Traitement et préventions - Espoir ou chimère ?"

par Michel Haïssaguerre, Professeur des universités et praticien hospitalier au CHU de Bordeaux

Conférence dans le cadre des défis scientifiques du XXIe siècle - Le 16 mars 2010


Résumé

La mort subite est responsable du décès de 350.000 personnes adultes chaque année en Europe, soit 1000 par jour, chiffre équivalent à la mortalité cumulée des cancers les plus meurtriers (sein, poumon et colon-rectum). Ce chiffre, largement ignoré car assimilé aux morts naturelles par "crise cardiaque", est perçu comme une fatalité, sans conscience de son caractère évitable.
La mort subite est dans 80% des cas un emballement du rythme cardiaque dénommé fibrillation ventriculaire, véritable tornade électrique engendrée par des foyers ectopiques ultra rapides, ou la propagation d'ondes chaotiques. Cette arythmie foudroyante peut être due à un infarctus dont la prévention des facteurs de risque peut réduire l'incidence. Mais dans la majorité des cas, elle frappe des individus au coeur sain ou peu altéré dont le dépistage et le traitement préventif constituent un défi scientifique majeur.
Une fibrillation ventriculaire entraîne le décès instantané en l'absence de massage cardiaque et de choc électrique délivré par un défibrillateur. Les défibrillateurs implantables ont constitué une innovation majeure mais restent une solution uniquement palliative. La genèse et la perpétuation de l'arythmie sont les deux axes de recherche porteurs d'espoirs chez l'homme pour développer des traitements ciblés. Ainsi, des anomalies génétiques affectant les canaux ioniques, micro-générateurs électriques à la surface des cellules, ont été trouvées dans 10% des cas. De récents travaux ont impliqué des cellules-sources provenant d'une fraction infime (2%) de la masse cardiaque. Le fait qu'une thermo ablation de ces cellules élimine l'arythmie est la preuve de cette implication. Les études en cours, qui bénéficient des apports de la cartographie optique, du traitement du signal cardiaque et de la modélisation des phénomènes, ouvrent des perspectives nouvelles sur l'identification de sujets exposés et les mesures de prévention possibles.

Imprimer ce texte

Retour vers la liste des vidéos 2010

L'Académie des sciences est l'une des cinq Académies composant l'Institut de France - Mentions légales - INTRANET - [ Mise à jour le 11.05.2012 ]
crédit photo Illustration Précipité d'ADN extrait de tissu biologique de souris. L'ADN se présente sous forme de filaments blanchâtres formant la "méduse". Il est soumis à différents traitements enzymatiques pour localiser les sites de translocations chromosomiques. La translocation est une aberration chromosomique au cours de laquelle un segment de chromosome coupé va se fixer sur un chromosome non homologue. Cette aberration chromosomique peut affecter les cellules B (lymphocytes B), productrices des anticorps, et être à l'origine de cancers.
© CNRS Photothèque / VIALA Françoise / 2008