29 avril 1854 à Nancy - 17 juillet 1912 à Paris

Élu Membre de l'Académie des sciences le 31 janvier 1887 (section de géométrie)
Vice-Président de l'Académie des sciences pour l'année 1905
Président de l'Académie des sciences en 1906
Élu Membre de l'Académie française le 5 mars 1908

Mathématicien et géomètre, Henri Poincaré explora simultanément de nombreuses voies de recherche en physique (dont le principe de la relativité) et en astrophysique. Il fut également un philosophe des sciences reconnu.

Après avoir soutenu sa thèse "Les propriétés des fonctions définies par des équations aux différences partielles" en 1879, il fut nommé en 1886 Professeur de Physique mathématique et de Calcul des probabilités à la Faculté des sciences de l'Université de Paris, puis Professeur d'Astronomie mathématique et de Mécanique céleste en 1896. Il fut également Professeur d'Astronomie générale à l'École Polytechnique à partir de 1904.
Ses premiers travaux ont eu pour objet la théorie des équations différentielles, la théorie générale des fonctions analytiques d'une ou plusieurs variables, la Mécanique analytique et la Mécanique céleste, l'algèbre et la théorie des nombres. Il créa la théorie des fonctions fuchsiennes et établit l'existence des fonctions kleinéennes. Ses études ont donné lieu à des centaines de publications, nombre d'entre elles dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences.
Il devint célèbre lorsqu'il reçut, en 1889, pour son mémoire sur le problème des trois corps, le prix du roi de Suède et de Norvège créé pour récompenser une découverte importante dans le domaine de l'analyse mathématique supérieure.
En physique, il a publié des travaux dans les domaines de la lumière, de l'optique, de l'électricité, de la propagation de la chaleur, des ondes hertziennes, de la thermodynamique et de la théorie des quanta. Il énonça, en partant des travaux de Lorentz, le principe de relativité malgré l'opposition de ce dernier et il établit le lien entre ce principe et la symétrie des équations fondamentales par rapport au groupe de Lorentz, dans sa note aux Comptes Rendus en 1905
.
En mécanique céleste, il a élaboré des théories sur les masses fluides en rotation, le problème des trois corps, ainsi que sur les marées et a mené des recherches sur la stabilité du système solaire.
L'Institut de France lui a rendu hommage lors de ses funérailles en 1912.

Henri Poincaré fut promu Commandeur de la Légion d'honneur en 1903.
Il fut Membre de très nombreuses Académies étrangères dont l'Accademia Reale dei Lincei, la Royal Society of London, l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, la Königlische Preusssische Akademie der Wissenschaften, la Real Academia de Ciencas de Madrid, la National Academy of Sciences (États-Unis), l'Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg.
Il fut lauréat des Prix Poncelet de l'Académie des sciences en 1885 et du Prix Jean Reynaud de l'Institut de France en 1909 ; de Prix étrangers, outre le Prix du roi Oscar II de Suède et de Norvège en 1889, de la Médaille d'Or de la Société royale d'astronomie de Londres en 1900, de la médaille Sylvester de la Royal Society of London et du Prix Bolyai de l'Académie hongroise des sciences en 1901.
Il fut Président de la Société mathématique de France en 1886. Membre du Bureau des longitudes en 1893, il en fut le Président à trois reprises. Il fut Président de la Société astronomique de France en 1901.

Éloge d'Henri Poincaré par Gaston Darboux
Lecture en séance publique le 15 décembre 1913

Travaux publiés dans les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences

Discours d'Henri Poincaré en hommage aux Membres décédés
Notice nécrologique de Edmond Laguerre, lue le 13 juin 1887- C.R. T.104 p.1643-1650
En tant que Président :

Notice nécrologique de Pierre Curie, lue le 23 avril 1906 - C.R. T.142 p.939-941
Notice nécrologique de Raphaël Bischoffsheim, lue le 21 mai 1906 - C.R. T.142 p.1119

Discours, prononcé le 17 décembre 1906 - C.R. T.143 p.989-998

Principales publications d'Henri Poincaré
Outre les recueils contenant ses cours en Analyse pure, Mécanique analytique, Mécanique céleste et Physique mathématique, Henri Poincaré a publié :
Les méthodes nouvelles de la Mécanique céleste (3 tomes 1892, 1894, 1899 ; nouvelle édition 1987).
En philosophie et histoire des sciences, il est l'auteur de :
La Science et l'Hypothèse (1902)
La Valeur de la Science (1905)
Sciences et Méthodes (1908)
Savants et Écrivains (1910)
Les Œuvres de Henri Poincaré ont été éditées en 1996 sous les auspices de l'Académie des sciences (édition Jacques Gabay)

Voir aussi :
le site de l'Université de Nancy 2 consacré aux archives d'Henri Poincaré