Politique recherche

Rapport de l'Académie des sciences - Paris, 25 mars 2022

RÉSUMÉ EXÉCUTIF

La recherche est une source puissante de développement et doit, à ce titre, être considérée comme une priorité. Force est de constater le recul constant de la France tant dans le domaine de la recherche fondamentale que dans celui de la recherche finalisée, en comparaison avec les autres nations qui encouragent le développement scientifique et technologique. La crise sanitaire de la Covid-19 a mis en évidence une dépendance de la France aux produits manufacturés à l’étranger, aux principes actifs, aux médicaments les plus courants, aux tests et au matériel médical du plus banal au plus spécialisé. Cette période critique a mis en lumière la désindustrialisation du pays et les faiblesses du dispositif de recherche et d’innovation. Le pays de Pasteur est resté en retrait dans la course au vaccin au moment où les vaccins à ARN messager, issus de la recherche la plus fondamentale en biologie moléculaire, biochimie, bio- informatique et les développements en biotechnologies démontraient leur remarquable efficacité. Pour remédier aux difficultés de la recherche française et en arrêter le déclin, ce rapport de l’Académie des sciences propose d’engager les actions suivantes :
• Augmenter le financement de la recherche et du développement en le hissant au niveau des grands pays qui font le choix de la science, de façon plus ambitieuse que ne le prévoit la récente loi de programmation de la recherche.
• Augmenter le financement de la recherche fondamentale.
• Repenser la gouvernance des grands organismes de recherche et des universités.
• Éviter les dérives bureaucratiques et réduire le poids excessif et démobilisant de l’administration.
• Redonner de l’attractivité aux carrières scientifiques, en particulier en réhaussant les salaires des chercheurs, et tout spécialement des plus jeunes.
• Resserrer les liens entre les organismes de recherche et les universités.
• Consolider les choix scientifiques autour de stratégies à long terme et développer les liens public-privé.
• Simplifier l’évaluation des projets, des chercheurs, des équipes et des institutions, à la fois pour réduire le temps qui y est consacré par les chercheurs et pour se donner la possibilité de confier les expertises à des scientifiques de haut niveau français ou étrangers.

Tout ceci implique une action volontariste pour la prise de conscience de l'importance de la science, notamment auprès de la classe politique. Au-delà de la nécessité d’un effort accru de financements, qu’il faudra orienter de façon prioritaire vers des actions nouvelles proposées par ce texte, les recommandations faites dans ce rapport appellent avant tout à une évolution, pour ne pas dire parfois une révolution, des esprits des gouvernants et des scientifiques. Plus que jamais, il est urgent que les décideurs politiques prennent conscience du rôle essentiel de la recherche, de l’importance du soutien qui devrait lui être accordé, de la nécessité de consolider les liens entre la recherche publique et les entreprises, du besoin de rendre l’effort de recherche plus efficace et plus innovant et de l’urgence à redonner de l’espoir aux jeune chercheurs.

Ce rapport est destiné à un large public. Nous avons néanmoins tenu à séparer les recommandations destinées au monde politique, et plus généralement à la société, de celles qui concernent plus spécifiquement la communauté scientifique. [...]


----> LIRE LA SUITE DU RAPPORT DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES

----> VOIR AUSSI LES QUESTIONS DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES AUX CANDIDATES ET CANDIDATS À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE



Imprimer