Les plastiques dans l'environnement

Pollution plastique

Rapport de l'Académie des sciences - Paris, mars 2021

Résumé

Les plastiques, polymères de composition très variable, sont devenus des objets d’usage courant. La diversité de leur composition chimique leur confère des propriétés uniques dans le monde des matériaux : rigidité, souplesse ou élasticité, résistance mécanique et chimique. Leurs domaines d’application sont multiples : avions, automobiles, bâtiments, prothèses médicales, ordinateurs... Ils permettent aussi la conservation et le transport des produits industriels, alimentaires, médicaux et pharmaceutiques dans des conditions d’hygiène inégalées. Les plastiques sont devenus indispensables et leur production annuelle mondiale, passée de 1,5 million de tonnes en 1950 à plus de 350 millions de tonnes aujourd’hui, est toujours en croissance continue.

Difficiles à recycler et difficilement digérables par les micro-organismes, ils sont une source de pollution pour l’environnement dès lors qu’ils sont produits massivement pour des utilisations à durée brève, souvent inférieure à l’année, ou à usage unique. Considérés alors comme déchets, ils sont jetés dans des décharges, souvent mal contrôlées, ou transportés dans des centres de tri où seule une faible fraction sera effectivement recyclée. Une grande part des plastiques utilisés est rejetée dans l’environnement où ils se dégradent et polluent continents, eaux douces et océans.

L’Académie des sciences note que des efforts ont déjà été consentis pour réduire la pollution aquatique par les plastiques mais elle souligne qu’ils sont insuffisants pour empêcher une accumulation massive de ces déchets dans les écosystèmes continentaux et océaniques au cours des prochaines décennies. Pour mieux maîtriser l’économie des plastiques, elle recommande :
• de poursuivre les efforts individuels et collectifs pour réduire la pollution à la source en appelant à la sobriété de consommation, notamment en matière d’emballages, en améliorant le tri et en incitant les industriels à mettre en place des programmes de recherche et développement visant à remplacer les plastiques de commodité par des polymères plus facilement dépolymérisables ;
• de prévoir le recyclage des plastiques dès leur conception pour faciliter le passage à une économie circulaire ;
• de développer des polymères à faible impact environnemental, susceptibles de se biodégrader dans les milieux continentaux et marins sous l’action des micro-organismes ;
• de lancer un programme de recherche ambitieux, national et international dans le cadre de l’International Science Council (ISC), pour comprendre le cycle biogéochimique des déchets plastiques rejetés dans l’environnement, déterminer les flux et les tailles des particules transportées dans l’air, les eaux douces et les eaux marines et ainsi prévoir leur devenir ;
• de mieux évaluer l’impact des produits de dégradation des plastiques sur la faune et sur la santé des êtres humains en étudiant le comportement des micro- et nanoplastiques aux concentrations effectivement présentes dans les milieux naturels et en faisant appel à des recherches épidémiologiques ;
• d’étudier la possibilité de bloquer les déchets plastiques en les insérant dans des matériaux de longue durée de vie, comme ceux utilisés en fort tonnage pour la construction des bâtiments.

Lire le rapport



Imprimer