Lauréates 2017 du prix Irène Joliot-Curie : Nathalie Palanque-Delabrouille, Hélène Morlon, et Aline Gouget

Le prix Irène Joliot-Curie 2017 est décerné à :

  • Nathalie Palanque-Delabrouille

    Nathalie Palanque-Delabrouille pour la catégorie Femme scientifique de l'année
    Chercheur en cosmologie et astroparticules, Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers (Irfu), CEA de Saclay, Nathalie Palanque-Delabrouille est une spécialiste mondialement reconnue en physique des astroparticules et de cosmologie. Elle dirige des équipes de physiciens et d’ingénieurs à l’Institut de recherche des lois fondamentales de l’univers au CEA Saclay participant à de grandes collaborations mondiales travaillant sur les sujets les plus en pointe actuellement en cosmologie : la recherche de la matière noire et l’investigation de la mystérieuse énergie noire. Tout d’abord, elle a effectué son travail de thèse dans l’expérience EROS de recherche de la matière noire sous forme d’étoiles sombres par une méthode très ingénieuse, basée sur le suivi en continu pendant plusieurs années de la luminosité de millions d’étoiles dans les galaxies voisines des Nuages de Magellan. Elle s’engage ensuite dans l’expérience ANTARES dédiée à la détection des neutrinos cosmiques de haute énergie interagissant dans la Terre. Dans l’expérience SNLS qui cherche à décrypter l’étonnante énergie noire invoquée pour expliquer l’accélération inattendue de l’expansion de l’Univers, elle a développé la première chaîne de sélection des supernovae en temps réel et pris la tête de la composante CEA de la collaboration de 2005 à 2012. Pour avancer dans notre compréhension de la matière noire et de l’énergie noire, elle cartographie avec l’expérience SDSS la distribution de la matière dans le Cosmos, en particulier celle de l’hydrogène intergalactique par l’absorption de la lumière émise par les quasars lointains. Aujourd’hui à la tête du groupe Cosmologie de l’IRFU au CEA, elle est internationalement reconnue comme experte scientifique dans le domaine en plein essor des astroparticules et de la cosmologie observationnelle de précision. Il faut aussi souligner son fort engagement au niveau de l’enseignement et des actions de communication, particulièrement dirigées vers les lycéens.


  • Hélène Morlon

    Hélène Morlon pour la catégorie Jeune femme scientifique
    Directrice de recherche au CNRS, Institut de biologie de l’École normale supérieure, Hélène Morlon​ est une chercheuse remarquable et de grande visibilité nationale et internationale, une mathématicienne impliquée à résoudre de grandes questions de biologie. Ses travaux concernent l’étude et la prédiction de la bio-diversité et de l’évolution. Son équipe combine des approches mathématiques et bioinformatiques avec compilation de données à l’échelle globale et des campagnes de terrain pour aborder des questions allant de la macroécologie et la macroévolution à l’assemblage des communautés, la biogéographie, et la conservation. Au centre de ces questions réside l’utilisation de phylogénies moléculaires, dont l’équipe se sert pour étudier les processus de spéciation, d’extinction, de dispersion, d’évolution phénotypique et d’assemblage des espèces. Les travaux sont menés en étroite collaboration avec mathématiciens, phylogénéticiens, et écologues de terrain. L’équipe a développé des modèles probabilistes permettant d’estimer les taux de spéciation et d’extinction à partir de phylogénies moléculaire, ainsi que de comprendre comment et pourquoi ces taux varient dans le temps et l’espace. Elle a également utilisé les outils phylogénétiques pour étudier le gradient latitudinal de la biodiversité et a montré, chez les mammifères, que les tropiques agissent à la fois comme un berceau, un musée, et une « pompe » à biodiversité. Elle continue ses efforts de modélisation et d’application à des questions et groupes d’espèces variés.


  • Aline Gouget

    Aline Gouget pour la catégorie Femme recherche et entreprise
    Responsable de l’équipe R&D Cryptographie avancée de l’entreprise GEMALTO, Aline Gouget est à l’origine une mathématicienne théoricienne, qui a pris goût pour les applications concrètes des mathématiques en développant une expertise dans le domaine de la cryptologie et de ses applications. Après des travaux remarqués ayant pour objet la conception d’algorithmes de chiffrement et de contrôle d’intégrité, elle a notablement élargi le champ de ses recherches par des contributions significatives dans divers domaines : cryptographie multivariée, générateurs d’aléa, et – plus récemment – cryptomonnaies avec notamment des travaux sur la technologie blockchain, qui fait aujourd’hui l’objet d’une grande attention. Aline Gouget a aussi l’esprit pratique, elle met en oeuvre les technologies qui permettent de sécuriser réellement les systèmes et elle a une excellente activité inventive (37 brevets). Elle est reconnue comme Experte Senior chez Gemalto qui est l’un des leaders mondiaux en sécurité numérique. Elle pilote actuellement l’équipe de recherche en cryptologie avancée et continue à publier sur les sujets porteurs comme la sécurité du blockchain, et à piloter des recherches sur les sujets les plus pointus (crypto quantique et post-quantique, chiffrement homomorphe). Elle est en interaction étroite avec les experts de la recherche publique de ces sujets, participe à des projets ANR et à des projets européens.

Voir le dossier de presse du ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation



Imprimer