Marcel Berger

Marcel Berger
14 avril 1927 - 15 octobre 2016

L'Académie des sciences a le profond regret de faire part du décès de Marcel Berger, survenu le 15 octobre 2016, à l’âge de 89 ans. Élu correspondant à l’Académie des sciences - section de Mathématique - le 29 novembre 1982, Marcel Berger était directeur de recherche honoraire au CNRS.

Notice nécrologique

Marcel Berger est né le 14 avril 1927 à Paris. Élu membre correspondant de l'Académie des sciences le 29 novembre 1982, il nous a quittés le 15 octobre 2016, après avoir consacré une grande partie de sa vie aux mathématiques, et plus particulièrement à l'étude de la géométrie différentielle. Élève de l'École Normale Supérieure de 1948 à 1953, il est lauréat du concours de l'agrégation en 1951, puis recruté comme attaché de recherche au CNRS en 1953. Il soutient en 1954 à la faculté des sciences de Paris une thèse de doctorat ès sciences mathématiques sous la direction d'André Lichnerowicz, avec comme sujet principal l'étude des groupes d'holonomies des variétés riemanniennes et des variétés affines sans torsion. Après un séjour d'un an à l'Institut de technologie du Massachusetts (1956-57) et sa promotion au grade de chargé de recherches au CNRS, Marcel Berger est nommé maître de conférences à Strasbourg en 1958-59. Il y devient professeur titulaire en 1962, après une année comme professeur invité à l'université de Californie à Berkeley. En 1964, la faculté des sciences de l'université de Nice l'accueille pour deux ans, puis il est nommé le 1er octobre 1966 à la faculté des sciences de l'université de Paris comme titulaire de la chaire de géométrie supérieure. Après la dissolution de la faculté des sciences, il rejoint l'université de Paris-VII, et devient directeur de recherche au CNRS en 1974. Il préside la Société mathématique de France de 1979 à 1980, et à ce titre, supervise la création du Centre International de Rencontres Mathématiques (CIRM) de Luminy. En 1985, Marcel Berger prend la direction de l'IHÉS de Bures-sur-Yvette ; son ancien élève Jean-Pierre Bourguignon lui succèdera fin 1993.

Marcel Berger a apporté d'éminentes contributions à la géométrie et a reçu de multiples prix scientifiques au cours de sa carrière. La classification des groupes d'holonomie des variétés riemanniennes non localement symétriques issue de sa thèse a eu un impact important en physique théorique et en géométrie algébrique. La détermination des variétés riemanniennes complètes de dimension paire à courbure 1/4- pincée, qu’il a obtenue en 1960, continue à susciter de nombreux développements. C'est sous son impulsion et en relation étroite avec ses travaux qu'un groupe de mathématiciens, réunis sous le pseudonyme d'Arthur L. Besse, entreprend la rédaction de plusieurs ouvrages de recherche avancée : étude des variétés riemanniennes à géodésiques toutes fermées, lien entre volume et rayon d'injectivité (1978), structure des variétés d'Einstein (1990). Marcel Berger compte parmi ses élèves Pierre Bérard, Lionel Bérard-Bergery, Gérard Besson, Jean-Pierre Bourguignon, Yves Colin de Verdière, Sylvain Gallot, Dominique Hulin, Jacques Lafontaine, Daniel Meyer, René Michel, qui tous ont activement repris le flambeau de la géométrie ; il a beaucoup contribué à faire connaître en France les travaux de Mikhail Gromov. Il nous lègue un riche florilège de livres d'enseignement et de vulgarisation, avec par exemple son livre "A Panoramic View of Riemannian Geometry". La communauté mathématique doit ainsi à Marcel Berger un héritage exceptionnel dans le domaine de la géométrie.

Jean-Pierre Demailly