Ludwig Faddeev

Ludwig Faddeev
23 mars 1934 - 26 février 2017

L'Académie des sciences a le profond regret de faire part du décès de Ludwig Faddeev, survenu le 26 février 2017, à l’âge de 82 ans.
Il avait été élu associé étranger de l’Académie des sciences - section de mathématique - le 18 mars 2002.



Notice nécrologique

Ludwig Faddeev a été une figure majeure de la physique mathématique dans la deuxième moitié du 20e siècle. Il a apporté des contributions fondamentales et des percées conceptuelles dans beaucoup de questions de physique théorique. Dans ses travaux, Faddeev a souvent été guidé par la beauté mathématique, laissant ainsi une trace profonde à la fois en physique et en mathématiques.
Faddeev est né à Leningrad (maintenant Saint- Petersbourg) le 23 mars 1934, dans la famille des éminents mathématiciens D.K.Faddeev et V.N.Faddeeva. Il a étudié à l’Université de Leningrad à la fois la physique théorique et les mathématiques, en suivant les enseignements de O.A.Ladyzhenskaya et V.A.Fock.
Les premiers travaux de Faddeev portent sur les fondations mathématiques de la théorie de la diffusion (scattering theory). Suit un travail célèbre sur la diffusion pour un système de trois particules. Plus tard, Faddeev appliquera son expertise des spectres continus à la théorie des formes automorphes, donnant une nouvelle approche aux formules des traces de Selberg, et permettant d’interpréter les zéros des fonctions zeta de Riemann comme des résonances en mécanique quantique. La contribution la plus importante de Faddeev à la physique est l’introduction (avec V.N.Popov) des champs fermioniques fantômes (ghost fields) dans la quantification de la théorie de Yang-Mills. Cela a été une percée fondamentale extrêmement importante, qui a influencé le développement de la théorie de jauge et des méthodes de supersymmétrie.
Dans les années 70, Faddeev commence une vaste étude des solitons à la fois dans le cas classique et dans le cas quantique, et développe la méthode dite d’inverse scattering. En parallèle, il cherche une structure mathématique dans les systèmes quantiques exactement solvables en dimension deux. Avec ses étudiants, il découvre une foule de structures algébriques, qui donnent naissance à la théorie des groupes quantiques, et changent complètement le panorama de la théorie moderne des représentations. De manière surprenante, les structures découvertes par l’école de Faddeev sont omniprésentes dans la physique théorique d’aujourd’hui.
La carrière académique de Faddeev a été tout aussi spectaculaire. Il devient professeur à l’Université d’État de Leningrad en 1967 et est élu à l’Académie des sciences de Russie en 1976. Il est directeur de l’Institut Steklov de 1976 jusqu’à 2000, ainsi que de l’Institut Mathématique International Leonhard Euler, qu’il fonde en 1993. De 1987 à 1990 il est président de l’Union Mathématique Internationale. Faddeev était aussi membre étranger de plusieurs académies, dont l’Académie des sciences depuis 2002. Il a reçu de nombreux prix prestigieux, dont le Prix Dannie Heineman, la Médaille Dirac, le Prix Henri Poincaré et le Prix Shaw.
A l’Institut Steklov, Faddeev a essentiellement créé la célèbre école de Leningrad de physique mathématique. Parmi ses étudiants, on trouve des chercheurs aussi connus que N.Reshetikhin, E.Sklyanin, S.Shatashvili, F.Smirnov, M. Semenov-Tian-Shansky, pour n’en citer que quelques-uns.
Faddeev était très actif et a continué ses travaux de recherche jusqu’à ses derniers jours. Sa disparition est une grande perte pour la science.

Maxim Kontsevich

Imprimer