Lauréat 2014 du prix Lamonica de neurologie : Christophe Mulle

Christophe Mulle

Le prix Lamonica de neurologie 2014 de l'Académie des sciences est décerné à Christophe Mulle, directeur de recherche au CNRS. Christophe Mulle est un neurobiologiste spécialiste de’électrophysiologie de la transmission synaptique et des récepteurs du glutamate. Directeur de recherche CNRS de classe exceptionnelle à l'Institut interdisciplinaire de neurosciences, à l’université de Bordeaux, il y est responsable de l’équipe Physiologie des synapses glutamatergiques. Après des études à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, Christophe Mulle a réalisé une thèse dans le laboratoire de Jean-Pierre Changeux à l’Institut Pasteur où il a caractérisé les récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine dans le cerveau. Après un post-doc chez Steve Heinemann au Salk Institute (San Diego, Californie), il a fondé en 1999 l'unité CNRS Physiologie cellulaire de la synapse à Bordeaux. En 2013, il a été élu Président de la société des neurosciences.
Christophe Mulle a d’abord contribué à l’identification d’une classe particulière de récepteurs du glutamate restés longtemps mystérieux, les récepteurs "kaïnate", dont il a montré la dynamique et le rôle régulateur sur les circuits neuronaux et les fonctions cérébrales. Avec Valérie Crépel, il a montré récemment que ces récepteurs constituent des cibles thérapeutiques pour le traitement de l’épilepsie du lobe temporal. Plus généralement, ses recherches visent à relier les mécanismes du trafic cellulaire des protéines à la physiologie des synapses et des circuits neuronaux. Ainsi un dysfonctionnement précoce des synapses dans les régions du cerveau impliquées dans la mémoire est certainement responsable des premiers déficits cognitifs dans la maladie d’Alzheimer, bien avant la phase de neurodégénérescence. Parmi ces régions, l'hippocampe, qui a valu à John O'Keefe le prix Nobel de médecine en 2014, constitue, avec ses circuits synaptiques très élaborés, le coeur des projets scientifiques de Christophe Mulle.
En 2007, le chercheur a initié l’étude de l’intégration et de la plasticité des synapses dans une région particulière de l’hippocampe, CA3, une région clef pour l'encodage immédiat de la mémoire à travers des réseaux dits "attracteurs". En combinant les approches de l’électrophysiologie, de l'optogénétique et de la biologie moléculaire et cellulaire, son équipe vise l'identification et la manipulation fonctionnelle de populations neuronales impliquées dans une tâche comportementale.
Le prix Lamonica de neurologie (100 000 €), dont les 4/5e sont destinés à financer deux années de post-doctorat, sera ainsi mis à profit pour identifier une trace fonctionnelle de la mémoire épisodique immédiate (mémoire du lieu et du contexte) dans les circuits locaux de l’hippocampe. En animant la Fédération Bordeaux Neurocampus, Christophe Mulle a contribué à placer cette ville parmi les plus attractives d’Europe pour la recherche en neurosciences. Passionné par la dimension internationale de la recherche, il a lancé une Ecole européenne de la synapse en 2006, point de départ, avec le soutien de l’Université de Bordeaux et du Labex Brain, d’un laboratoire international de formation à la recherche en neurosciences, l'Ecole des Neurosciences de Bordeaux.

Print