Jacques Villain

Jacques Villain
13 mars 1934 - 12 juin 2022

L'Académie des sciences a le profond regret de faire part du décès de Jacques Villain, survenu le 12 juin 2022 à l’âge de quatre-vingt-huit ans. Il avait été élu membre de l'Académie des sciences le 6 novembre 2000, dans la section de Physique.




Notice nécrologique

Spécialiste de physique des solides, Jacques Villain s’est illustré notamment en mécanique statistique avec ses études pionnières du magnétisme hélicoïdal dans les alliages métalliques. On lui doit aussi d’importantes contributions sur les ondes de spin dans les systèmes uni- et bidimensionnels à plan de facile aimantation, confirmées expérimentalement par des expériences de diffusion inélastique de neutrons à l’Institut Laue Langevin dont il deviendra un chercheur permanent dans les années 70 avant de rejoindre le CEA-Grenoble. On notera ses travaux sur la frustration géométrique des solides cristallins et ceux sur la stabilité du ferromagnétisme face à une variation aléatoire de champ magnétique, du modèle d’Ising en dimensions 2 et 3 qui lui assureront une réputation internationale. Il fut aussi parmi les premiers physiciens théoriciens à s’intéresser aux nouveaux outils (microscope à effet tunnel) d’étude expérimentale de la physique des surfaces en leur conférant une solide assise théorique.
Au sein de notre Académie, Jacques Villain a toujours été très actif dans les Comptes Rendus de physique depuis son élection. Il a endossé la lourde tâche d’éditeur en chef des Comptes Rendus de physique, à la suite de Guy Laval, à partir de 2010, en animant en particulier les dossiers thématiques durant de nombreuses années. Infatigable travailleur à l’esprit aiguisé toujours en éveil, il a assuré l’édition et le suivi des articles spontanés jusqu’au mois dernier, à peine quelques semaines avant son décès.

Le Bureau de l’Académie des sciences


Voir quelques repères biographiques

Print