Abonnez-vous

English en

France fr

Site Internet de l'Académie des sciences

Membre de l'Académie des sciences
Illustration

Retour vers la rubrique

Maurice ROSEAU


3 novembre 1925 - 16 avril 2015


Notice nécrologique

Maurice Roseau, élu membre de l'Académie le 25 janvier 1982 dans la section des Sciences mécaniques (devenue Sciences mécaniques et informatiques), nous a quittés le 16 avril 2015.

Né en 1925, Maurice Roseau intègre l'École Normale en 1945 et est reçu à l'Agrégation de mathématiques (deuxième après J.-P Serre, future Médaille Fields et prix Abel), en 1948. Lors d'un séjour au prestigieux Courant Institute de l'université de New York, ses rares compétences pour la recherche dans le domaine des problèmes mathématiques de la mécanique sont rapidement repérées, et il se voit proposer un poste permanent de chercheur. Mais, désireux de faire une carrière en France, il déclina. Il a ensuite mené à bien son projet professionnel, devenant Maître de Conférences, puis Professeur, aux universités de Poitiers, Caen, Lille et Paris, où il a laissé un souvenir bien ancré de compétence et d'intégrité.

L'œuvre de recherche de Maurice Roseau se situe dans la théorie des ondes et vibrations non linéaires. Son livre "Vibrations non linéaires et théorie de la stabilité", publié en français chez Springer en 1966 est encore une référence dans ce domaine. Il avait en particulier fait des contributions très significatives sur le problème de la synchronisation et sur la méthode d'approximation dite de centrage (ou de la moyenne), dont il avait montré la parenté, parfois l'équivalence avec les méthodes d'échelles multiples. Le sujet était largement développé en Union Soviétique par l'école de Krylov, Bogolioubov et Mitropolsky, si bien que Maurice Roseau, ainsi que Théodore Vogel de Marseille, étaient régulièrement invités aux colloques sur ce sujet organisés à Kiev. Ils y étaient connus et appréciés, tant pour leurs travaux que par leur interventions récurrentes rappelant la priorité des découvertes de Jules Haag, un obscur professeur de Besançon qui, dans un relatif isolement, inspiré par une problématique issue de l'industrie horlogère, avait joué un rôle d'avant-garde dans ce domaine.

Dans "Asymptotic wave theory" (North Holland, 1976), Maurice Roseau développe des techniques pour la propagation d'ondes non-linéaires de gravité sur des fonds de profondeur variables, en particulier ondes solitaires et tsunamis. Plus tard, son traité "Vibration des systèmes mécaniques" est publié par Masson et Springer en français et anglais.

Les recherches de Maurice Roseau se caractérisent par une grande rigueur méthodologique et par le choix de questions ardues, plutôt ponctuelles, mais donnant la clé pour comprendre des interrogations latentes largement répandues. Il avait été pressenti comme membre de notre compagnie par Jean Leray, une référence de profondeur et de rigueur. La pertinence et l'utilité de ses recherches sont attestées par le fait qu'il a été pendant douze ans Directeur scientifique de l'Institut national de recherches sur les transports et leur sécurité.

Étant de nature extrêmement réservée, Maurice Roseau ne se livrait pas de façon naturelle, mais en lui posant une question, on découvrait un homme sincèrement prêt à partager ses compétences. Il surprenait par l'originalité de ses propos, toujours informés par une indéfectible intégrité professionnelle et servis par un langage de rares précision et beauté. A la fois distant et proche, jamais superficiel, Maurice Roseau état une référence, une caution et une conscience qui renvoyaient à la responsabilité.

Maurice Roseau était Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur.

Maurice Roseau n'est plus.

Evariste Sanchez-Palencia, avril 2014

L'Académie des sciences est l'une des cinq Académies composant l'Institut de France - Mentions légales - INTRANET - [ Mise à jour le 27.04.2015 ]