Liste des membres de l'Académie des sciences / N

Maurice Nivat

Maurice Nivat
21 décembre 1937 - 21 septembre 2017

Notice nécrologique

Maurice Nivat est décédé à l’âge de 79 ans, le 21 septembre 2017. Il fut élu membre correspondant de l'Académie dans la section des Sciences mécaniques en 1983. Il joua un rôle majeur dans la reconnaissance de l’informatique comme une science, dans la structuration de sa recherche et de son enseignement. Il était Officier de la Légion d’Honneur, Officier de ll’Ordre national du mérite, Commandeur des palmes académiques. Il était membre d’Academia Europæa (1989) et membre correspondant de l'Académie chilienne des sciences. Il obtint un doctorat honoris causa de l’Université de Bologne (1997), puis de l’université de Montré al (2006). Il reçut le EATCS Award (prix de l’European Association for Theoretical Computer Science) en 2002 pour l’ensemble de son œuvre.

Normalien en 1956, Maurice Nivat fut maître-assistant à la Faculté des sciences de Paris en 1961, maître de conférences à l’Université de Grenoble en 1965, puis à l’Université de Rennes en 1967. Après sa thèse d’État à l’Université de Paris en 1967, il fut professeur à l’Université Paris VII-Diderot de 1969 à 2001.

Elève de Marcel-Paul Schützenberger, Maurice Nivat s’intéressa d’abord à la théorie des langages. Il donna dans sa thèse une caractérisation algébrique des transducteurs rationnels, puis il travailla à la structure fine des langages algébriques. Il se tourna ensuite vers les schémas de programme, la sémantique des langages de programmation, puis la théorie des mots et des arbres infinis, qui modélisent les comportements de processus communicants. Il fonda ainsi une école française d’informatique théorique renommée. Dans les années 90, il étudia les pavages du plan, et fut l’un des pionniers de la tomographie discrète.

Au début des années 70, Maurice Nivat créa à l’IRIA une équipe de recherche "Théorie des algorithmes, des langages et de la programmation", où il animera un séminaire prestigieux. En 1973, il lança les Ecoles de printemps d'informatique théorique, qui jouèrent un rôle primordial dans la constitution d'un véritable réseau des informaticiens théoriciens. A l’Université, Maurice Nivat fut l’un des fondateurs du LITP (Laboratoire d'Informatique Théorique et Programmation) en 1975. Il fut également responsable du premier enseignement d’informatique obligatoire à l’Ecole Polytechnique en 1975.

Au niveau européen, Maurice Nivat joua un rôle essentiel dans la création de l'EATCS (European Association for Theoretical Computer Science) en 1972. L’association organisa le premier "International colloquium on automata, languages and programming" (ICALP) à l'IRIA en 1972. En 1976, Maurice Nivat fonda le journal Theoretical Computer Science (TCS) dont il sera le rédacteur en chef pendant près de 25 ans.

En 1982, Maurice Nivat fut chargé par le gouvernement de la rédaction d'un rapport sur la filière électronique, "Savoir et savoir-faire en informatique", à la suite de quoi il fut nommé président du conseil scientifique du programme mobilisateur de la filière électronique. Il mit alors en place les programmes de recherche coordonnés (PRC), qui seront pendant quelques années richement dotés et donneront un grand élan à la recherche française en informatique. Seront ainsi créés les PRC "Programmation", "Mathématiques pour l'informatique", "Coopération, Concurrence, Communication", "Bases de données", et "Informatique linguistique".

Gérard Huet, membre de la section des Sciences mécaniques et informatiques