Liste des membres de l'Académie des sciences / C

Alain Colmerauer

Alain Colmerauer
24 janvier 1941 - 12 mai 2017

Notice nécrologique

Alain Colmerauer, décédé le 15 mai 2017, avait été élu correspondant de l'Académie le 2 février 1987 dans la section de mathématiques. Il était un spécialiste de l'informatique et de ses applications au traitement automatisé des langues naturelles, à l’optimisation et à l’intelligence artificielle. Il était le concepteur du langage PROLOG , et ainsi père de la programmation logique et l’un des pionniers de la programmation par contraintes. Il était Chevalier de la Légion d’Honneur (1986).
Après un doctorat d’informatique à Grenoble en 1967, Alain Colmerauer devient assistant professor à l’Université de Montréal, de 1967 à 1970, puis professeur à l’Université Aix-Marseille à Luminy à partir de 1970, émérite à partir de 2006. Dans les années 1990, il sera aussi directeur du Laboratoire d’Informatique de Marseille.
Alain Colmerauer s’intéressa d’abord au traitement informatique des langues naturelles. Il conçut à cet effet un formalisme Q-systems basé sur la manipulation de graphes dirigés. Il implémenta ce formalisme lors de son séjour à Montréal, et l’appliqua à la traduction automatique français-anglais de bulletins météorologiques. Cette application fut utilisée avec succès pendant des décennies par le gouvernement canadien.
Nommé professeur à Marseille, il conçut au début des années 70 un langage de programmation original, PROLOG – "Programmation en Logique", basé sur une restriction aux clauses de Horn du principe de résolution en logique de premier ordre, avec une extension de l’algorithme d’unification de termes aux arbres infinis rationnels. Une première implémentation de PROLOG, due à son étudiant Philippe Roussell, vit le jour en 1972 et servit à développer un système de questions-réponses en français. PROLOG devint l’outil principal du domaine de programmation logique, approprié à la programmation de recherches non-déterministes dans une base de connaissance axiomatisée en logique de premier ordre. Il était donc un outil de choix pour les applications de dialogue homme-machine et plus généralement d’intelligence artificielle, dont Alain Colmerauer devint l’un des principaux spécialistes.
Une deuxième itération de PROLOG, maintenant muni d’un compilateur, vit le jour sous le nom de PROLOG-II. Elle valut à son équipe la Pomme d'Or du Logiciel Français, prix décerné par la société Apple France en 1982. Puis Alain Colmerauer étudia l’extension de la programmation logique avec la résolution de systèmes linéaires et autres algorithmes de calcul formel. Le langage résultant, PROLOG-III, devint l’un des premiers outils de programmation par contraintes, un paradigme de calcul majeur notamment pour la résolution de problèmes de recherche opérationnelle et d’optimisation industrielle. Alain Colmerauer créa en 1984 la société Prologia pour exploiter le produit PROLOG-III. Pour l’ensemble de ses travaux, Alain Colmerauer reçut en 1985 le Prix Michel Monpetit de l’Académie des sciences. En 1986 le Président Mitterrand lui remit la Légion d’Honneur pour le rayonnement international de ses recherches, et notamment le choix de PROLOG par le projet japonais d’ordinateurs de 5e génération.
Alain Colmerauer était un expérimentateur passionné, et il avait un souci constant de la pertinence de ses recherches pour les applications industrielles et sociétales. Il était aussi un enseignant très apprécié de ses étudiants, et un patron de recherche charismatique. Ses étudiants des années 70 se rappellent avec émotion de son cours de programmation, où il palliait la pauvreté en moyens de calcul de l’Université en distribuant à ses élèves des calculettes programmables.

Gérard Huet, membre de la section Sciences mécaniques et informatiques