Une maison

En 1827, le père de Louis Pasteur vient installer sa tannerie à Arbois. La maison qu'il loue, puis achète en 1833 au faubourg de Courcelles, à proximité du gué qui franchit la Cuisance sur la route de Lyon à Strasbourg, se compose "d'une tannerie et d'une cave dans le bas, de six chambres au premier étage, de six autres chambres au second étage, des greniers, avec l'emplacement des fosses, cour, aisances et dépendances". Pendant près d'un demi-siècle, son architecture ne connaît guère de transformations.
À la mort de son père en 1865, Louis Pasteur hérite du petit logement que celui-ci s'était réservé, tandis que sa sœur Virginie, qui avait repris l'exploitation de la tannerie, dispose du rez-de-chaussée de la maison et de la tannerie au sous-sol.

Quelques années plus tard, en 1874, Louis Pasteur récupère l'ensemble du premier étage en faisant construire à ses frais, dans la cour, un atelier pour sa sœur. Il prend aussi à sa charge la réfection des galeries qui courent le long des façades, sur le jardin et sur la Cuisance.
Il réalise d'importants travaux de surélévation : "Au-dessus du premier étage, il y avait primitivement des greniers qui avaient été partagés… Mr Pasteur a relevé le mur de la façade sur la rue et y a percé des fenêtres. Il se prépare d'en faire autant… pour le mur de la façade sur la cour, de manière à ce que l'on puisse établir des chambres dans ces anciens greniers".
Dans une lettre à son ami Jules Marcou, en août 1874, Pasteur se félicite de ces nouvelles dispositions : "Tu vois d'après les premiers mots en tête de cette lettre que je suis à Arbois… J'ai rendu plus spacieux et plus confortable le petit appartement que mon père m'a laissé. J'y reviens toujours avec un grand plaisir."

En 1878, Louis Pasteur séjourne longuement à Arbois où il réalise les expériences qui ruineront définitivement la théorie de la génération spontanée. Ce séjour lui inspire des projets pour sa maison ; il les expose à sa fille Marie-Louise : "Après bien des réflexions sur notre portion de maison d'Arbois, sur les inconvénients qui y sont attachés et qui grandiront beaucoup, beaucoup après moi,… je ne trouve rien de mieux que de conserver ce pied-à-terre, de ne songer à aucun achat de propriété ailleurs, ni à Arbois, ni dans quelque autre campagne… Mais je veux absolument améliorer cette habitation, que vous y trouviez ta mère, ton frère et toi aisance et confortable (sic)".
Le 28 avril 1879, il achète la maison de son voisin Pianet, une simple maisonnette avec un jardin.
À la mort de Virginie en 1880, il peut posséder toute la maison dans laquelle il reviendra avec plaisir jusqu'à la fin de sa vie.

Une maison
Une vigne
Un laboratoire

Maison Louis Pasteur - 83, rue de Courcelle - 39600 Arbois, France - Tél. (0)3.84.66.11.72 - Fax (0)3.84.66.12.85

Photos : Bertand - Bruniaux - Clavel - Triangle d'Or Jurassien/Maraux