Abonnez-vous

English en

France fr

Site Internet de l'Académie des sciences

In memoriam
Illustration

Retour vers la rubrique

Pierre AIGRAIN


28 septembre 1924 - 30 octobre 2002


Voir l'hommage à Pierre Aigrain par Philippe Nozières, le 6 avril 2004


Notice nécrologique

Pierre Aigrain, élu Membre de l'Académie des sciences le 20 juin 1988, dans la section de Physique, était Professeur émérite à l'université Denis Diderot et Ancien Secrétaire d'État à la Recherche.

Pierre Aigrain est né en 1924. Il entre à l'École Navale en octobre 1942 : le sabordage de la Flotte à Toulon quelques semaines plus tard le laissera sans emploi! A la Libération la Marine l'envoie aux États-Unis pour une formation de pilote d'Aéronavale. Très vite il rejoint le Carnegie Institute of Technology à Pittsburgh, obtient un Ph. D. en génie électrique et revient en France en 1948 à l'instigation d'Yves Rocard, qui lui fait confiance pour créer un groupe de semiconducteurs au Laboratoire de Physique de l'ENS. Le transistor vient d'être inventé (c'est le sujet de sa thèse française), une technologie révolutionnaire émerge, d'où vont sortir la microélectronique et l'informatique modernes. Aigrain va être le pivot de cette révolution en Europe. Bouillonnant d'idées, il ouvre de nombreuses voies nouvelles. Il est, par exemple, le premier à suggérer un laser semiconducteur, ouvrant ainsi la voie de l'optoélectronique. Son laboratoire devient rapidement un acteur majeur au plan international. Son imagination débordante est partout célèbre : on se souvient encore des chercheurs de Bell Labs faisant la queue pour demander son avis à Murray Hill ! En même temps, Pierre Aigrain noue des contacts étroits avec le monde industriel : son groupe sera la pépinière de toute l'industrie des semiconducteurs. C'est lui qui forme les premiers ingénieurs, qui suscite les percées technologiques : son enthousiasme est communicatif ! D'une générosité hors du commun, il sème à tout vent, laissant aux autres le bénéfice de ses idées, parfois farfelues, souvent profondes. Homme de science, certes, mais aussi homme d'action ! Très tôt Aigrain oeuvre pour défendre le renouveau de la science française, durement éprouvée par les années de guerre, prisonnière de traditions souvent étouffantes. Convaincu que la recherche fondamentale est le ferment des applications futures, il convainc la Défense Nationale de la soutenir, au sein de la Direction de la Recherche et des Moyens d'Essai. C'est le début d'une période faste, où l'enthousiasme et l'imagination ne sont pas bridés par la bureaucratie. Les responsabilités d'Aigrain vont aller croissant, à la DGRST, à la Direction des Enseignements Supérieurs, jusqu'à sa nomination comme Secrétaire d'Etat à la Recherche. Peu à peu il va quitter la physique pour virer franchement vers l'industrie - mais sa curiosité ne se démentira jamais : le voir débarquer dans un laboratoire était toujours une expérience ! A l'écart du monde politique après 1981, il se consacre surtout à la construction d'un espace scientifique européen. Son rôle à Bruxelles sera essentiel.
Personnage atypique, Pierre Aigrain est l'un de ceux qui ont fait renaître la science française après la guerre. Son rayonnement sur la physique française est considérable. Tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui savent ce qu'ils lui doivent ! .

Philippe Nozières, novembre 2002

L'Académie des sciences est l'une des cinq Académies composant l'Institut de France - Mentions légales - INTRANET - [ Mise à jour le 13.07.2011 ]